Historique


Tout a commencé en mai 2000 lorsque le conseil pastoral catholique a souhaité rencontrer toutes les personnes s'occupant de gens en difficultés dans la région.

- Les Régions 1 et 2 de L'EERV respectivement l'Eglise Evangélique Réformée protestante du canton de Vaud, étaient représentées par M Danilo Gay et Françoise ZUFFEREY. Etaient aussi présents : l'Armée du Salut, l'Aumônerie de l'hôpital de Nyon, la Fraternité des malades, les Cartons du Coeur, le Centre Social Régional, Caritas, Entr'aide-union, Foi et Lumière, etc. Deux séances ont eu lieu et il en est résulté un état des lieux montrant qu'il existait bien des choses pour les gens faisant partie d'une structure mais hélas, très peu pour les gens en marge de la société.
Il y a eu convergence, entre les catholiques, les réformés des régions 1 et 2, le centre social régional, Caritas, pour créer quelque chose. Détail intéressant : au point de vue géographique, la paroisse catholique recouvre presque entièrement les Régions 1 et 2 de l'EERV. Le CSP est contacté mais ne souhaite pas entrer en matière ; il souhaite rester à Lausanne mais est disponible pour des conseils. Le département cantonal de « Présence et Solidarité », par l'intermédiaire de M.Stoll est très intéressé.

En mai 2001, un groupe de travail se constitue avec des représentants de la paroisse catholique, des représentants des Régions l et 2 et de Caritas. Deux groupes se mettent au travail :
Le groupe 1 s'occupe d'analyser les besoins locaux, de contacter les intervenants sociaux, de formuler un projet, de calculer un budget, de rechercher un local.
Le groupe 2 d'élaborer des statuts et un mandat, de recherche du financement. L'Association 'ASOLAC' est constituée le 5 juillet 2002. Ses membres fondateurs sont les régions «Ouest Vaudois» et «Promenthouse» de l'Eglise réformée, et la paroisse catholique de Nyon et ses communautés locales. Son but est de «venir en aide aux personnes en difficulté vivant dans notre région par le biais d'une action sociale concertée, conduite dans l'esprit de la diaconie». ASOLAC se veut complémentaire aux associations et institutions, publiques ou privées, poursuivant le même but.

Ainsi donc, ASOLAC a proposé l'ouverture d'un centre destiné à recevoir des personnes en difficulté. Ce projet d'envergure se fait en collaboration avec CARITAS-VAUD qui apporte son expérience du travail social ; ASOLAC amenant sa connaissance du terrain et son réseau de bénévoles. Les deux partenaires soutiennent financièrement le projet.

Un premier projet à double volets


1. Le « Point virgule »

Lieu d'accueil, ouvre ses portes en septembre 2003, à Nyon, route de l'Etraz 20 (Bâtiment Esp'Asse B).

Le lieu d'accueil est actuellement ouvert les lundis, mercredis et vendredis de 8h30 à 15h00. Qu'ils soient au bénéfice de l'assurance invalidité (30% des participants), de l'assurance chômage (30%), de l'aide sociale vaudoise (10%) ou du revenu minimum de réinsertion (10%), chacun est accueilli chaleureusement. Les participants, une quarantaine de personnes différentes par mois, douze à quinze personnes par jour, peuvent y trouver un soutien individualisé pour des démarches administratives, juridiques et sociales ainsi qu'une écoute attentive. Les activités proposées sont : un atelier de cuisine, fabrication de pain, atelier textile/couture, atelier de bricolages, jardinage, entretien des locaux, encadrement, coaching, sorties culturelles ou sportives (abonnement piscine de Bassins).

En plus de ces activités, un repas convivial est préparé et servi les jours d'ouverture, ce qui permet aux uns et aux autres de trouver un esprit de « famille » souvent manquant dans leur vie. Grâce à un tel lieu pour reprendre pied, certains ont pu retrouver un emploi.

2. Les « Repas communautaires »

Au printemps 2003, avant même l'ouverture du lieu d'accueil, des repas ouverts à tous ont vu le jour.

A Nyon, le dernier mardi du mois à la Colombière sous l'Eglise catholique, à Gland, le 1er mardi du mois. Et, depuis mars 2004, c'est à St-Cergue que des repas sont servis le 3ème mardi du mois. Pour ce dernier lieu, ces repas répondent vraiment à un besoin dans le village ; d'emblée plus d'une trentaine de personnes y ont participé ; on y trouve des personnes entre 2 et plus de 80 ans. Des personnes actives professionnellement, des mères de famille, des retraités, c'est un mélange tant d'âges que de situations sociales. Cette diversité correspond bien à l'idée de départ du projet, visant à faire se rencontrer des personnes d'horizons différents. (Programme)

Le 2 novembre 2004 on a fêté le 50ème repas ! En un an et quelques mois c'est 1300 couverts qui ont été servis.

Fin 2011 les repas à St-Cergue ont malheureusement été arrêtés, mais nous souhaitons ouvrir, prochainement, d'autres lieux de repas dans le district. Une réorganisation est actuellement en cours.

Nous souhaitons que le soutien des communautés ecclésiales se poursuive ... il y a pourtant d'autres moyens de soutien que nous sommes appelés à développer, par exemple:

  • à titre individuel, par un don direct sur le CCP de l'Association (association Social Oecuménique de la Côte, 1260 Nyon, compte 17-18-5321-0)
  • par un engagement bénévole lors des repas communautaires
  • par une participation active aux repas communautaires (prix indicatif minimal de Fr 5.-, amenez-y surtout des personnes de votre entourage !)
  • en parlant d'ASOLAC, en distribuant la publicité...

Membres et comité Rapports d'activité Status